Je profite tout d’abord de cet article pour rendre un petit hommage à notre capitaine, souvent cité dans les précédents papiers, qui a fêté il y a peu son anniversaire.

capitaine-xvdelacrampe-rugby-ffse-amateur.jpg

Charisme, leadership naturel et verve vive ont marqué ses années de capitanat par des actions et des discours mémorables.

J’en veux pour preuve ce concept inculqué, rabaché, et martelé à chaque match, qui résonne désormais comme une évidence pour nombre d’entre nous dans les cavités et interstices creux de nos caboches :

« Faut pas enculer son pote. »

Dans un premier temps, on pourrait se demander : « Mais dans quel contexte est-il possible que je sodomise mon camarade ? Je le souhaite le moins du monde ! »

Et pourtant :

  • Si t’as trop bu et fumé et que tu n’es pas capable de rattraper ton vis à vis,Si t’as préféré partir tout seul péter pour faire plaisir à ta zoulette sur le bord du terrain,
  • Si t’as pas été là pour défendre le petit ailier dévoré au sol par les loups d’en face,
  • Si t’as tenté de taper au pied alors que c’est des polygones que tu as dans tes chaussures,
  • Si t’as réussi à laisser tomber une balle que tu avais déjà rattrapée,
  • Si tu t’es trompé de ligne pour aplatir,
  • Si t’as dit « J’ai » alors que tu n’as jamais eu.

Et bien tout ça, c’est déjà quelques occasions de coït anal forcé.

enculepassonpote-rugby-xvdelacrampe.jpg

Tous ceux qui se reconnaitront comme moi dans ces erreurs, ont en mémoire les regards de leurs congénères, ces regards pétris d’un sentiment de trahison et d’amour déchu, ces regards qui disent « on croyait en toi, Bobby », et qui hantent nos sommeils, comme dans Mystic River.

Après ce match difficile, trop difficile, je dis stop à la sodomie :

  • L’enculade est souvent un manque d’altruisme et de réalisme
  • L’enculade, c’est la triste victoire de l’individualisme
  • L’enculade, c’est Twitter, Instagram, et une passe dans les chaussettes.

 

Bon, le match maintenant.

Comme souvent dans ce genre de rencontre, l’enthousiasme et l’engouement s’expriment dans les premières minutes, même dans la première action qui dure généralement bien plus longtemps que les autres.

Seulement là, c’était un match avec un peu d’enjeu à la clé, le gagnant n’affronterait pas les premiers de la poule en quarts, alors des actions longues, il y en a eu.

Une action de plus de deux minutes même saluée par le corps arbitrale, ça devait être franchement top, mais la remarque fleurait bon le « pas mal les gars, pour votre âge. » #smile #lol.

Les Crampistes ont tout de même pris leurs marques dès le début, Renault dans la première demi-heure n’était pas très agressif.

Un premier essai voit le jour sur une percée habituelle de M. Bouyer, appuyé par Jeannot.

Sur la ligne d’essai, Arnaud, au four et au moulin durant ce match conclu l’action.

Micka transforme sans peine. 0 – 7.

Un peu plus tard une initiative personnelle permet à Jeannot d’alourdir le score, se faufilant dans la ligne adverse qui ne parvient pas à le saisir. 0 – 14.

A l’approche de la mi-temps, ça chauffe beaucoup plus pour nous.

Les Renault blanches attaquent à de multiples reprises, en plusieurs occasions nous avons manqué de peu de nous prendre bien plus de points, mais ça tient, et la mi-temps est sifflée.

equipe-rugby-club-amateur-xvdelacrampe.jpg

Deux semaines de clope sans sport ont eu raison de mon état général, je suis lent, mou. Bryan édifie un joli mille-feuille de vomi à côté du banc de touche, moi qui voulais son maillot, je repasserai.

À la reprise Edouard et Arnaud signent une belle action sur réception du coup d’envoi, Edouard par en travers pour aller chercher le côté non défendu, Arnaud aplatit. 0 – 19, c’est bon pour le moral.

Petit carton pour moi, y’a pas de raison que ça change puisqu’on a toujours fait comme ça.

L’équipe commence à couiner, on marche parfois plus vite qu’on court, l’intensité et l’envie est toujours présente, mais l’on voit les effets du manque de préparation.

Renault finit par aplatir. 7 – 19, mais sur une passe décisive de Micka, Tibo nous met définitivement à l’abri d’une défaire 7 – 26.

Il était temps, car même si nous étions désireux de terminer sur un score plutôt propre, à la dernière seconde de la dernière action, la ligne de défense ne répond plus, c’en est trop pour les gambettes, 14 – 26.

L’objectif est atteint, on évite désormais une équipe trop forte.

Mais que nous apprend ce match ?

Comme l’a si bien dit Malcolm à la fin de la rencontre :

« Qué sé lé fizik qui manque, si ! »

Le physique, eh oui.

Cet article se veut donc également un appel à la

REMOBILISATION GENERALE

Pour ceux qui aiment se prendre au jeu du rugby. Premier fautif, je vais tâcher de m’entrainer, on doit en faire des burpees, même si c’est aussi chiant à faire que d’écouter François Hollande.

On doit courir, se buter, pourquoi pas s’entraîner au suicide en allant faire des chat-bites aux travlos de Boulogne et en repartir aussi vite, ça boosterait la VMA.

La Crampe n’a jamais franchi les quarts, nous avons cette année encore tout le temps, l’envie et les personnes sur qui l’on peut compter pour jouer le jeu. Pour être sûr de soi en mettant ses crampons et fier en les déchaussant.

Entrainement les copains, si vous ne pouvez pas venir, courez, sautez, faites l’amour, donnez-vous.

L’échéance approche.

F&H

 

Bastard.

 

Publicités