CRETEIL SA MERE

Alors attention ! Ça va aller vite !

Article spécial aujourd’hui, puisqu’il va rendre hommage à un de nos joueurs : Matthias Ecker, qui passe en ce moment-même quelques examens suite à une perte de connaissance post match.

On pense à toi Matthias et on espère que tu te remettras vite et bien.

C’est pourquoi dans cet article vous serez plongé dans le désordre cérébral d’une personne qui s’est bravement fait marcher sur la gueule, vous allez tout comprendre, qu’est-ce que ça fait d’avoir les mains à la place des pieds et d’avoir l’impression qu’un hamster court sur sa roue dans votre tête.

« Putain il est 14h00 les gars ! On avait match à 13h30 ! Grouillez-vous merde ! »

Ouais bah ça va hein, ok on arrive en retard avec les maillots mais c’est CRETEIL BORDEL !

C’est le bout du monde ! D’ailleurs personne n’habite à Créteil, y’a juste des lacs et des passages piétons à Créteil ! Alors faites pas chier !

Et paf ! Dix minutes plus tard on trottine « des chiens de la casse on doit être » qui dit le capitaine.

Ok on va être des iench’ de la casse, et cette fois on va éviter de péter le carrelage des vestiaires avec nos têtes avant le match, ça n’avait pas servit à grand chose, faut essayer des trucs.

« Triiiiit ! » L’arbitre siffle, ils engagent sur nous, trop court, à refaire, BOOM ! C’est ça la pression MA GUEULE !

Et vas-y que ça se rentre dedans, on était conditionné pour se coltiner les gros gaillards du RC MONTROUGE, mais au final ça fleurait bon la tendresse, sur une douce prairie abreuvée d’un doux soleil de fin d’hiver.

Ah je peux vous dire qu’on rigole plus, on a des COMBINAISONS maintenant !

BLEU : Ca veut dire que tu mets la gueule ! BLANC : Ca veut dire que tu remets la gueule ! ROUGE : Ca veut dire que tu remets encore la gueule  !

Et ouais ! Vous croyez qu’on allait divulguer nos secrets comme ça ?

J’dirais rien moi, y’a que PSA qui balance les copains.

On sait jamais, dès fois qu’il y ait un fennec de Servals qui pointe son museau par ici 🙂

Bien essayé, furet !

Et BIM ! Suite à une bonne percée du capt’aine qui laisse derrière lui deux veuves pour l’équipe adverse, la belle guêpe dégarnit de Thibaut Masson s’envole et virevolte dans la défense ! « ZZZZZZZZZZ » et vient dépuceler l’en-but, le précieux nectar entre ses pâtes, que c’est beau, que c’est beau.

« Eh Morice ! Fais Biggar ! Enfin le steak haché quoi ! Ça va on rigoooole »

La transformation paaaasse 7-0 pour la Crampe.

Bon après crick crack bim boum on s’en prend un 7 – 5.

Doublé à saluer de notre 9 Xavier bien servit par son 8 préféré Jeannot.

Très bonne percée également de son homologue au même poste, Adrien, très en jambe visiblement.

On doit en être à 14 – 5 là.

Notre 10 Rapha ne s’est pas économisé non plus ; manœuvrant de paire avec Pinoch’, Thibaut et Louis pour un fantastique redoublé, on se serait cru à la télé, la ligne de touche en moins.

Edouard en 5 confirme son statut de maître des airs, cette grande tige portée par de solides avants doit être visible jusqu’à Quiberon.

Bon, Martin en 15 a trouvé une touche d’à peu près 24 cm, ce n’est pas ce qu’on doit retenir mais c’est marrant quand-même.

Très bon rythme de match, pas trop de déchet, mais ils en mettent un ah non ! Là ça fait 14 – 17 pour eux ah non !

Là ça va pas ! Ceci dit, laisser notre pauvre Thibaut Lopin seul sur le petit coté face à trois adversaires c’était un peu tendu.

Le moment était venu de remettre de l’ordre dans la baraque, grâce à ce speech dithyrambique qui restera dans les mémoires : « Moi j’suis là pour m’amuser, j’suis là pour les copains, j’suis là parce qu’on s’aime et pour qu’on s’aime, LOL ! »

Grâce à ces mots bien trouvés la Crampe ne se laissa pas faire ! Et re-essai ! 19-17, on se bagarre encore pour le plaisir d’être là, quel pied ce match.

Lalala on chante sous les douches, une photo, et du bonheur.

« Amat victoria curam »

La victoire aime l’effort.

Vivement la prochaine,

F&H – Bastard.

Publicités